Amsterdam : Chroniques d’un mangeur de Gouda pt.1


Gedag Dames en Heren,

Voici donc 2 semaines maintenant que je suis au pays du Gouda, chez nos voisins, voilà donc le temps pour moi de vous conter mes aventures. Car croyez-moi, je ne suis pas surnommé « Bad Luck Gro-To » pour rien, vous vous en rendrez bien vite compte. Donc, par où je commence?

L’appartement bien-sûr ! Car c’est bien évidemment le début des mes ennuis. Pendant l’été j’ai cherché un appartement à Amsterdam, armé de l’internet et Google et j’ai trouvé la petite perle, un appartement pas le moins cher mais pas le plus cher non plus. Contrat signé, il ne me restait plus qu’a attendre les clefs. Sauf qu’elles ne sont jamais arrivées. Me voilà donc, victime d’une fraude sur internet, fraude avec contrat etc… Et non je ne récupérerais rien, le système judiciaire Belge fait que pour retrouver ce que j’ai perdu je dois payer encore plus, donc pas worth it.

Me voilà donc, examen finis, sans appartement ! On se concerte avec mon père, et regarde partout sur internet, et on trouve plusieurs annonces. On décide donc pour ne pas se faire encore avoir de partir à Amsterdam pour tout vérifier. Et on a bien fait : la moitié des annonces nous ont envoyé dans des adresses sans appartement, les adresses existaient bien, mais il y avait a chaque fois un truc à cette adresse, et pas d’appartement. Une semblait réelle, mais on a évité : une petite rue, le batiment comportait des néons rouges sur la façade, tout semblait indiquer qu’il s’agissait d’une maison de joie. N’ayant pas trop l’envie d’offrir mes services, nous avons donc passé notre chemin. Qui plus est pour l’anecdote il en est sorti quelqu’un en porte-jartelles, soutiens-gorge, visiblement armé d’un pénis. Nous avons donc cherché autre-chose, et trouvé : centre-ville, cher mais le moins cher dans les annonces sérieuses. Petit plus : j’ai une colocataire Allemande de classe 8.5/10, pas moins. Oui monsieur !

Enfin, conditionnelle approuvée, le Bachelier, BD fini, nederland versla, en route pour vivre à Amsterdam. Autant vous le dire de suite : ici le vélo est roi. J’ai du rouler en voiture, et je me suis vite rendu compte que le code de la route ne compte pas ici, seul le vélo compte : en effet, il a toujours là priorité ! Gauche, droite, devant, feux rouge, RAF le vélo passe. Cette règle vaut aussi quand vous êtes à vélo, que le meilleur gagne ! Le vélo étant aussi essentiel pour leur survie, on pourrait en conclure qu’il serait à prix réduit : Que Neni ! le vélo le moins cher de décathlon est moins cher que le moins cher de leur vélo d’occasion, et lui est neuf avec des freins et des vitesses. J’ai donc fait l’acquisition d’un vélo pour pouvoir être comme tout le monde, et me déplacer partout.

Après ma première mésaventure, premier jour à l’Université : c’est énorme. Namur, c’est une fourmi. Tout comme nos Caribous nationaux, j’ai aussi dans l’université 3 restaurants, 1 super-marché, des magasins de l’universités, etc… et le plus petit bâtiment a 6 étages, et franchement semble tout petit comparé au reste. Tout se fait en anglais, normal, mais moi qui pensait avoir un bon niveau en anglais, ah bah non je suis nul part, j’ai eu du mal au début pour parler avec eux, comprendre les différents accents, et aussi pouvoir parler de tout et rien. Et je ne vous parle même pas du néerlandais ! Car ils ont appris que je parlais un peu néerlandais, ils m’on donc parlé direct en flamand. Dur. Très Dur. Ils vont beaucoup trop vite, impossible de comprendre les longues phrases. J’ai donc du utiliser la technique du « oui » : on dit oui tout le temps,et quand ils font une drôle de tête on fait non.

En parlant de l’université, j’y vais tout les jours à vélo ma gueule ! Je vais revenir et on m’appellera plus Gro-To, mais Fit-To ! Bon quand même pas à ce point là, mais faire du vélo tout les matins ça fait du bien. Jusqu’au jour où ton vélo est volé. Car oui, mon vélo a été volé ! Ca n’aurait pas été Amsterdam sinon. Imaginez-moi vendredi matin, 8h du mat’, dormi 3h à cause de l’église qui joue du carillon toute les demi-heures, me rendre compte que mon vélo est plus là. Comment je fais pour aller à l’unif? J’ai testé le tram. Enfin j’ai essayé : pour prendre le tram, il faut un abonnement, que bon Belge que je suis je n’ai pas. Me voilà donc entrain d’expliquer ça dans un néerlandais approximatif au chauffeur. Mais lui aussi semblait avoir une mauvaise journée, il m’a donc envoyé bouler en me faisant comprendre qu’il allait appeler les forces de l’ordre. Mais bon on était vendredi, j’ai donc pas été à l’Unif et j’ai cherché après un nouveau vélo.

La dite Eglise, début de mon malheur de pêcheur

La dite Eglise, début de mon malheur de pêcheur

Bon autant le dire : je n’avais aucuns scrupules pour trouver un vélo. Je suis donc parti vers le quartier de « Oude Kerke » pour trouver un vélo. Il ne m’a pas fallut longtemps pour me faire aborder par quelqu’un qui semblait plutôt peut « fréquentable », il m’a donc demandé si je cherchais quelque-chose. Un vélo. Il en a un. Miracle? Bon il enlève ses affaire du vélo (enfin je crois que c’était les siennes), on négocie, 15€. Nice ! Sauf que la roue avant après 200 mêtres a commencé à faire ce qu’elle voulait la s****e. Bon, compte tenu que j’ai juste faillait mourir 6 fois en revenant à l’appartement, ça va… En concertation avec mes parents, on en a racheté un vrai, un de là, avec un chaîne grosse comme … (remplir avec une chose très grosse, les vrais penseront à Major).

IMG_20140930_080751

La bête, fietsen IIème du nom

IMG_20140930_080901

ça c’est pas de la chaîne de tapette que t’as au décathlon Maggle !

Que dire d’autre? C’est trop long de tout raconter, il m’en arrive tout les jours avec mon Karma! Je crois qu’actuellement la chose là plus drôle est le petit chinois du salon de massage en bas de mon appartement qui un jour m’aborde pour me parler des poubelles en anglais. Il m’a engueuler pour me dire le jour précis où il fallait sortir les poubelles, sauf qu’il me disait « monday and sunday », et ensuite « mondag en donderdag »… Je n’ai pas pu m’empêcher de rire, car il ne savait pas que je comprenais son néerlandais.

Voilà donc un peu toutes mes aventures ici à Amsterdam. Ma coloc est sympa, même si hygiéniquement parlant j’ai eu des doutes au début mais ça va maintenant. Elle me fait vraiment me sentir mal parfois, elle étudie genre H-24 sans rire. Quand je pense qu’a ce moment ci de l’année je serai probablement au cercle entrain de boire une petite grenadine… Par contre, j’ai fait la découverte que les filles dans la salle de bain ça en prend de la place. Bon bien-sûr j’en avais déjà eu un avant goût, mais elle prend vraiment de la place ! Et laisse des cheveux partout, pire que Youri de la touffe sacrée.

A bientôt pour de nouvelles aventures,

Met vriendelijke groetjes,

Anthony

Amsterdam la nuit, c'est beau, mais faut pas avoir peur

 

Publicités

6 réflexions au sujet de « Amsterdam : Chroniques d’un mangeur de Gouda pt.1 »

  1. Sans vouloir en rajouter à tes emmerdes, je me dois de t’apprendre que tout le personnel de la faculté semble maintenant au courant de tes perigrinations…

    Courage ! Le début est généralement un peu rock and roll, mais une fois installé, c’est une belle aventure ! Si la coloc est jolie, en plus… 😉

    • Haha merci, je pense que l’aventure en effet s’annonce plus que bien 🙂
      J’espère que mes aventures ont au moins eu le mérite d’égayer votre journée !

      • J’avoue que quand j’ai reçu le lien, je me suis un peu demandé quoi, mais après j’ai en effet passé un excellent moment ! Je pense qu’en détaillant encore un peu le chapitre de la maison de joie, tu tiens là peut-être un des plus passionnants rapports de stage que j’aie jamais lu ! 😉

  2. De la part de quelqu’un qui a eu la chance d’apprendre tes péripéties au quotidien, ce petit résumé me convainc encore davantage que tu vis quand même des trucs assez exceptionnels 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s