[Android] Waze, le GPS qui démarre au quart de tour


Parce que j’aime bien raconter ma vie, l’autre jour le GPS de mon père a rendu l’âme. Vous savez, c’était le genre de GPS qui se vendait encore comme des petits pains avant que les smartphones fassent leur apparition et que les seuls rentrées financières de Tom-Tom soient les ventes de leur application mobile (et apparemment, ils sont quand même bien la panade, même s’ils avaient pensé «avoir trouvé des réponses à ces nouveaux défis, en développant des applications et en équipant des automobiles, particulièrement des Renault.» Bon, ils auront essayé au moins http://www.lefigaro.fr/societes/2013/02/12/20005-20130212ARTFIG00540-tomtom-peine-a-trouver-un-relais-de-croissance.php), le genre plutôt moche esthétiquement, avec une voix très robotique et un écran tactile à en faire pâlir les bornes Internet de l’Office du Tourisme de Westende-Bad (et je parle d’expérience).

Bon, au moment de devoir le racheter, mon paternel s’est quand même dit que c’était un pari relativement risqué de parier sur une entreprise aussi noyée que Walibi un 10 juillet (pour ceux qui n’auraient pas suivi : http://www.lesoir.be/595324/article/actualite/belgique/2014-07-09/walibi-ferme-cause-des-intemperies, ça ne s’invente pas) et vu que j’avais justement acheté un fantastique Wiko rainbow et qu’il avait toujours voulu pouvoir tester le développement d’applications Android il s’est dit qu’il allait craquer.

Ça va, j’ai fini de raconter ma vie et je rentre enfin dans le coeur du sujet : ce très bon GPS social que constitue Waze.

Un GPS social, quel intérêt?

L’une des premières questions que l’on se pose lorsqu’on réfléchit deux secondes au concept, c’est ce qu’il peut réellement apporter. Et bien étrangement, plus de choses qu’il n’y paraît.

Des avertissements en temps réel sur tout ce qui peut arriver sur la route Pour ceux qui n’ont jamais vu l’application tourner, voilà ce que ça donne

La force principale de Waze, c’est sa facilité d’utilisation. Les menus sont très intuitifs, et permettent notamment de signaler très facilement un véhicule arrêté sur le bord de la route, un embouteillage ou un radar. Et ça a quand même un côté un peu gratifiant quand vous recevez une petite notification qui vous dit «3 personnes ont aimé votre avertissement à propos de ce ralentissement». Sans compter que l’application vous signale les obstacles relevés par les autres utilisateurs dès que vous arrivez à proximité, afin de vérifier qu’ils sont toujours présents. Une exactitude des données presque parfaite, donc.

Tu es bientôt là?

L’autre fonctionnalité particulièrement intéressante de Waze, c’est la possibilité de partager son trajet avec ses contacts, et ce en temps réel. Je parle d’expérience, c’est infiniment pratique de pouvoir suivre l’avancée de la personne qui doit passer vous chercher plutôt que d’attendre bêtement sans avoir aucune idée du moment où il ou elle va arriver, sans compter le fait que l’attente semble infiniment moins longue lorsqu’on peut évaluer sa durée. Bon, la précision n’est pas au mètre près, mais permet cependant de suivre l’évolution du trajet de manière satisfaisante.

Excessivement pratique, on vous dit.

Sur la question de la fiabilité des trajets proposés, on a pas encore eu l’occasion de tester ça dans des trucs vraiment tricky, mais sur un trajet assez simple à l’intérieur de Bruxelles Waze se révélait déjà plus performant que l’ancien GPS, ce qui est déjà plutôt bon signe.

Et vous, quelle est votre application de GPS préférée?

Utilisez la puissance du Llama pour modifier vos paramètres en fonction de l’endroi où vous vous trouvez.


Si vous possédez un smartphone (et si ce n’est pas le cas, je vous encourage à lire l’article de Moule qui devrait vous convaincre d’en acheter un très rapidement), vous vous êtes sans doute déjà dit que c’était assez contraignant de devoir constamment chipoter avec les paramètres de son (fort, vibreur, silencieux) et de réseaux (wi-fi, 3G, avion?). Notamment si vous faites quotidiennement les mêmes manipulations parce que vous quittez votre maison (wi-fi off, 3G on), rentrez dans votre lieu de travail (wi-fi on, 3G off, vibreur) puis vous rendez dans la salle de réunion (silencieux) avant de repartir pour chez vous (wi-fi off, 3G on, fort) et enfin d’arriver (wi-fi on, 3G off, son normal).

Heureusement, il existe une application qui vous permettra de ne pratiquement plus jamais toucher à ces petits interrupteurs, j’ai nommé Llama.

Oui oui, ça s’appelle Llama, et les concepteurs assument ce petit côté rigolo puisque les fenêtres de dialogue auront toutes des petites allusions comiques.

Bon, donc pour vous expliquer un peu comment le truc fonctionne je vais vous faire une bonne vieille traduction à l’arrache des familles depuis la page de présentation de l’application.

* INTRO
Llama utilise les antennes téléphoniques pour déterminer votre localisation, de telle sorte que vous puissiez modifier votre sonnerie, vibreur et paramètres d’appels en fonction de l’endroit où vous êtes ainsi que du moment de la journée.

Llama vous fournit des profils de sons parmi lesquels vous pouvez facilement choisir entre calme, fort, silencieux et normal. Vous pouvez également choisir que certains contacts particuliers (votre famille, votre moitié ou vos enfants) puissent vous appeler, et ce même si votre téléphone est en silencieux! Vous pouvez de plus créer des évènements et des raccourcis pour gérer vos profils de sons et bien plus.

Quelques exemples d’évènements:

-Mettre mon téléphone en silencieux au travail
-Activer automatique votre Bluetooth à l’heure de votre jogging matinal afin qu’il soit prêt à connecter votre casque
-Mettre votre téléphone en calme quand il est tard et que vous n’êtes pas sorti
-Démarrez le lecteur de musique quand votre casque est connecté.
(Je vous passe la liste exhaustive des fonctionnalités)

Les évènements de Llama

Notez que Llama démarre avec quelques évènements pré-définis, afin de vous permettre de voir comment les créer. L’interface est plutôt ergonomique, n’hésitez cependant pas à poser une question en commentaire si vous rencontrez un problème.

NOTE(toujours une traduction): Puisque le GPS n’est pas utilisé, le suivi de votre localisation est limité au nombre d’antennes téléphoniques dans votre zone. Ceci fonctionnera donc mieux si vous vivez dans une zone peuplée. Si votre domicile et votre lieu de travail sont couverts par les mêmes antennes (Ndlr : je vous dis pas comme c’était marrant quand je kottais au Brel et que je passais mon temps à l’AGE ou à la Fac), vous pouvez essayer le suivi expérimental basé sur le wi-fi. Si cela ne marche vraiment pas, vous pouvez vous contenter des profilsl basés sur le temps et supprimer les options d’entrée et de sortie de zones.

Voilà, j’espère que ceci vous aura donné envie d’essayer Llama, personnellement je suis convaincu depuis plus de nombreuses années (bon, on vrai ça doit faire deux ans, mais c’est pour la forme).

Oui, cette image est purement gratuite, mais étrangement ça ne me pose aucun problème éthique.

Pourquoi Wiko est en train de bousculer radicalement le marché du smartphone


Wiki?

On se souvient tous de cette période il y a quelques années (diantre, c’était bien en 2007, j’ai dû aller vérifier tellement ça me paraissait loin) où le premier smartphone est sorti. Bien entendu, on parle de l’iPhone, premier du nom, celui qui a réussi à entamer un mouvement de popularisation d’un appareil jusqu’alors réservé aux geeks bourgeois qui voulaient consulter leurs mails en conduisant leur Segway ou les chefs d’entreprises qui avaient besoin de consulter leurs mails à tout moment (je me souviens d’ailleurs d’une scène du film «Camping Car avec Robin Williams» où il chipote avec un genre d’antique Blackberry pour envoyer son rapport à ses patrons. Non l’anecdote n’est pas gratuite, enfin moins que vous pourriez le croire).

Si si, on se souvient avec émotion du speech d’annonce de Steve Jobs, la révolution annoncée (à l’époque, ça ne sonnait pas encore cliché), toutes les fonctionnalités qui allaient changer notre vie, les promesses d’un avenir meilleur pour toutes les générations futures… Le tout pour la modique somme de 499€ pour la version 4Go, à l’époque où les gros GSM se vendaient à 300€ grand grand maximum.

Sept ans plus tard, on se retrouve avec effectivement la génération annoncée : pour tous les gamins qui n’ont jamais vu la France mettre 3-0 au Brésil (faut pas rigoler, là ils se sont un peu repris, mais la belle époque c’était quand même avec Zinedine) ou qui avaient huit ans devant Camping Car (voilà), c’est à dire ceux qui peuplent les écoles actuellement trouvent ça normal d’avoir en poche un appareil qui fait GPS, appareil photo, lecteur MP3, console de jeu portable et entremetteur (Tinder, c’est toi que je regarde).

Mais si la pénétration du marché est bien là (plus de la moitié des jeunes d’après Mobistar) on peut imaginer que outre des parents un peu inquiets vis-à-vis de tous les dangers que représentent ces nouvelles technologies c’est surtout le prix qui rebute ces jeunes galopins.

Et c’est là que Wiko fait mal.

Wiko, c’est une société à la base française (bon, pratiquement rachetée depuis par des Chinois, mais comme Volvo aussi c’est chinois maintenant…) qui vend de l’Android à des prix défiants toute concurrence. Avec des arguments choc : une offre multiple pour tous les publics, des avantages technologiques qui font souvent la différence (dual-sim, anyone?), des prix plancher et une bonne communication. La formule fonctionne tant et si bien que Wiko est aujourd’hui le numéro 2 des ventes de smartphone en France, juste derrière Samsung.

Toi, tu veux juste te la péter parce que tu en acheté un

Ce serait mal me connaître.
Bon, en fait si, je suis particulièrement fier de ce que j’ai réussi à faire avec ce petit smartphone.

Pour la petite histoire, j’ai acheté un Wiko Rainbow (merci à Anthony pour ses conseils avisés, même si finalement lui-même achètera normalement un Motorola G 4G, le fourbe) le samedi 21 et je suis tombé littéralement amoureux.

Ceux qui me connaissent disent que je dis souvent ça, mais il faut mettre un peu les choses dans leur contexte.
Depuis que je tente de m’acheter des smartphones corrects, mes tentatives se sont continuellement soldées par des échecs, ou des semi-échecs. Sur les deux derniers modèles qui étaient entrés en ma possession (dont je ne citerai pas le nom, sachez juste que c’était chez une firme nipponne. Ceux qui ont le nez un peu creux trouveront), pour la modique somme de 120 et 200€, aucun ne m’avait convaincu. Trop lents, pas assez puissants, voire parfois carréments buggués (il m’arrivait de ne pas pouvoir recevoir d’appel parce que le GSM «freezait» au moment de décrocher), et ce malgré des roots et réinstallations de ROM plus légères, parce que vous vous doutez bien que j’ai été mettre la main dans le cambouis dès que j’ai pu. Bon, c’était passable, mais loin de l’expérience utilisateur que l’on pouvait espérer, même à «petit» prix.

Et bien mon enthousiasme sans faille pour le Wiko est la conséquence directe de mon utilisation relativement intensive depuis son achat. La navigation est fluide, le système réactif, le processeur supporte sans soucis le lancement de plusieurs applications en parallèle, bref, que du bonheur. Pour vous dire, je me suis amusé à le customiser un peu, pour faire comme tous ces gens qui postent des screenshots trop classes de home screens minimalistes.

Et le résultat, c’est que sans douleur (j’entends par là : root, installation de ROM custom et autres joyeusetés auxquelles on préfère ne pas se livrer tant que la machine fonctionne bien) je suis passé du design par défaut  (image de gauche) à ceci (image de droite).

Et ça c’est beau. Surtout quand on pense au prix de la bête : 150 petits euros.

PS : Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Les fonctionnalités sur lesquelles les gens sont toujours pointilleux d’habitude sont passables, sans plus (je pense notamment au capteur photo un peu capricieux, mais dont je n’ai que faire vu que tout ce que je photographie c’est trucs que j’envoie sur Telegram aux pauvres gens qui m’ont comme contact, et au rendu musical dont je me moque vu que tout ce que j’écoute c’est de la musique vietnamienne ou des chansons de Disney et encore, toutes les lunes), mais vu mon usage (Telegram, Twitter, Foursquare, quelques autres trucs mineurs), le rapport qualité prix du produit est tout simplement imbattable. Pour vous dire, même le paternel est convaincu après qu’on soit revenus de Bruxelles avec Waze comme GPS, et on va normalement lui en procurer un aussi ce week-end.

PPS : On a plus fait d’articles depuis un bout de temps, avec la dernière semaine de la mort et les occupations de tout le monde, mais ça devrait sortir (incessamment) sous peu.

 

ClockWork Tomato : la technique Pomodoro sur votre smartphone!


En cette période troublée de blocus, vous vous situez entre les bourreaux de travail qui font du 5h – 22h dans un monastère et les insouciants qui travaillent au maximum entre 16h et 17h entre leur partie de PlayStation et leur apéro (suivez mon regard) et vous souhaiteriez augmenter votre productivité? L’E-kot vous propose une petite application qui vous permettra de battre des records d’assiduité.

La technique Pomodoro

Pour ceux qui ne la connaissent pas, la technique Pomodoro

 est une technique de planification développée par Francesco Cirillo à la fin des années 1980(1). Cette méthode se base sur l’usage d’un minuteur permettant de respecter des périodes de 25 minutes appelées pomodori(qui signifie en italien « tomates »). Ces différentes périodes de travail sont séparées par de courtes pauses. (merci Wikipédia)

 

Vous l’aurez compris, le but c’est de travailler sur le long terme sans pour autant griller toute son énergie dès la première heure d’étude. Les pauses régulières permettent de s’aérer un peu l’esprit (et surtout de checker son compte Facebook/Twitter/Instagram/Snapchat) sans pour autant perdre trop de temps ni laisser tomber son travail.

Tomate Mécanique

Clair et efficace

Testée pour vous par Moule, Maxime ainsi que par votre serviteur hier matin à la BUMP, elle s’est avérée plutôt efficace. Nous avions utilisé pour cela l’application suivante : Tomate Mécanique (ClockWork Tomato en VO). Celle-ci se limite à un timer basique qui indique le temps restant sur votre timer actuel (travail ou pause) et à l’avantage de prévoir un temps afin de passer d’un état à l’autre.

Cerise sur le gâteau, l’application est également dotée d’un calendrier qui reprend toutes les pomodoros que vous avez effectuées sur le mois afin de vous la péter auprès de vos potes.

D’autres ressources du même genre:

Android
Pomodroido

iOS
Les meilleures applications Pomodoro par AppCrawlr

Web
http://tomato-timer.com/

Et vous, quelles sont vos astuces pour rester productif?

Plus belle la vie sur ton ordi


Bien le bonjour ami de l’internet! Comment s’que ça va bien?

Quelle que soit ta réponse, j’ai le moyen de te faire aller encore mieux ! Comment ?! Si tu es une jolie célibataire, envoi moi un message via Facebook et tu le sauras bien assez tôt (Mouahaha). Sinon je vais te donner quelques conseils afin d’améliorer les performances de ton ordinateur. En effet, à la veille des examens, tu as probablement 1 giga de nouvelles séries, 4 nouveaux jeux installé ou pour une minorité, des tonnes de synthèses, de notes et de tuyaux encombrant tes dossiers pourtant auparavant si bien rangé… Et depuis, ton pc est aussi rapide qu’un cordon bleu. Voici quelques astuces pour remédier à ce problème.

Ccleaner :

Premièrement, télécharger le programme cCleaner (Ici). Une fois le téléchargement fini, installe le (click sur suivant jusqu’à ce que ce soit terminé). Pour ce qui est des performances, plusieurs options s’offrent à toi:

  • Erreur: recherche et corrige de nombreuses erreurs trouvées sur la machine. (attention aux yeux lors de la première détection).
  • Nettoyage disque: supprime des fichiers inutiles qui encombrent l’ordinateur (peut supprimer historique et vider corbeille en fonction de ce que tu as coché).
  • Appli démarrage: Lorsque tu utilises un programme, c’est qu’il est dans la barre démarrer te dis tu.. Que nenni! Enfin pas toujours. Saches que certains s’exécutent également dans l’ombre et le secret le plus total dès le démarrage. Ici tu pourras donc enlever tous ces programmes peut-être inutile à ton utilisation.

Défragmenter disque

La défragmentation consiste à regrouper les fragments de fichier éparpillés sur le disque afin d’optimiser les temps d’accès au disque dur (la mémoire de ta machine). Pour y accéder, il suffit de taper « défragmenter » dans le menu démarrer (Le petit bouton en bas à gauche de ton écran en principe). Reste à sélectionner le disque à défragmenter et le tour est joué!

Régler les performances Windows

Certaines fonctionnalités visuelles de Windows peuvent diminuer les performances d’une machine. Voici le chemin d’accès pour désactiver ces fonctionnalités.

Menu démarrer => recherche =>  performance => click sur « régler l’apparence et  les performances Windows »

  • Effet visuel : Possibilité d’optimiser l’apparence ou les performances de ton pc. Moi perso j’ai presque tout décocher mais à toi de voir 😀
  • Avancé : cocher « les programmes ». Pour ce qui est de la mémoire virtuelle je ne préfère pas m’aventurer là-dedans mais tu peux chercher si c’est toujours Bagdad quand tu ouvres un programme.

Reformater (pour les plus désespéré)

Malgré mes excellents conseils et programmes, rien n’y fait? Ton pc reste un légume? Il est peut-être à court de mémoire… Essaie de mettre certains de tes fichiers sur un disque dur externe. Sinon, plus radical: le reformatage (Supprime tout et recommence à zéro ta machine). Si ça t’intéresse : CLICK ICI

Finalement, si après tout ça il n’y a aucun changement ou du moins pas assez à ton goût, c’est peut-être parce que Windows 98 c’est dépassé. Il te suffira donc de bouger tes jolies fesses, trouver un job et de t’acheter une nouvelle bête de compétition.

Ps: je tiens à m’excuser auprès de tous les utilisateur Apple de ne pas avoir de guide pour eux… Mais au prix ou vous achetez votre machine et à la façon dont vous avez de nous casser les « pieds » en clamant sa supériorité, débrouillez vous 😀 (Puis c’est surtout que j’y connais rien)

Ps2: je vous aime même avec un mac ❤

Signé: « Ginette l’alouette »

Les mini-jeux qui détendent ou exaspèrent !


Par-delà les temps et les et les générations biens des jeux ont fait la joie des adeptes consentant ou non. Tous ces mini-jeux aussi différents les uns que les autres ont souvent un point commun la simplicité. Un but enfantin, voire parfois même un peu stupide mais qui obsède.

Il fut un temps où l’on parlait des légendaires Pong, Space Invaders, Pacman, Tétris et bien d’autres encore,… Ahhh c’était le bon vieux temps ! Si les jeux cités ne vous disent rien, vous sortez probablement d’hibernation ou du ventre de votre mère et donc un petit tour d’horizon ne vous fera pas de mal :

Pong                     http://www.ponggame.org/

Space Invaders                http://www.freeinvaders.org/

Pacman               http://www.thepcmanwebsite.com/

Tétris                    http://www.freetetris.org/

C’est génial hein ! Bien sûr c’était le début, de nos jours des jeux bien plus complexes et nécessitants beaucoup plus de réflexion existent. FlappyBird, AngryBird, CandyCrush sans oublier 2048. Si je vous jure et plus on avance plus ces petits divertissements prennent du temps et deviennent de véritables addictions. En plus de cela bien que leurs ancêtres se limitaient à de jeunes gamers cloitrés dans leurs garages ou sur les bornes d’arcades maintenant leurs descendants attaquent tout ce qui bouge, du berceau à la maison de retraite. Avec l’avènement des tablettes et smartphones ils sont disponibles partout, ils nous envahissent,…

Flappy Bird         http://flappybirdpc.net/

Angry Bird          http://chrome.angrybirds.com/

Candy Crush      http://www.candycrushsaga.com/

Curve Fever       http://curvefever.com/

2048                     http://gabrielecirulli.github.io/2048/

Ce n’est qu’un petit échantillon de ce qui existe sur internet. Tous les thèmes sont abordés et tous les publics peuvent trouver leur bonheur. Pour ceux qui ne connaissent pas encore j’ai un petit préféré :

Happy Wheels http://www.totaljerkface.com/happy_wheels.tjf

Une dernière petite mise en garde. Attention ! Tous ces petits divertissements sont de grands amis à la procrastination à ce qui paraît 😉

Synchroniser les évenements Facebook, AGE, … avec mon smartphone, c’est possible ?


Qui n’a jamais rêvé de pouvoir avoir accès à son agenda où et quand il veut ? De ne plus jamais oublier une date d’anniversaire ? Ou encore de choisir le soir même à quelle soirée et dans quel cercle se rendre ? Tout cela est maintenant possible grâce aux smartphones !

Ah bon ? Et comment on fait alors ???

C’est simple, tout d’abord, pour pouvoir synchroniser tout ça sur vos téléphones, il vous faut Facebook (pour les événements et anniversaires), un compte Google (pour tout enregistrer dans Google Calendar) et un smartphone.

Euuuh … Facebook, je sais j’en ai un, mais Google on fait comment ?

C’est super simple, vous vous rendez sur ce lien : Créer un compte Google, et vous remplissez le formulaire et voilà votre compte est créé !

Cool ! Et maintenant, je fais quoi ?

Maintenant on va synchroniser le calendrier de l’AGE (toutes les soirées de la fac) avec votre compte Google ! Cliquez sur le lien qui suit : Synchronisez AGEnda, connectez vous s’il vous le demande (avec le compte que vous venez de créer) et cliquez sur « Tout ajouter ». Voilà votre compte Google est maintenant synchronisé avec celui de l’AGE et toutes les soirées et événements des facs vont se retrouver sur votre calendrier Google.
Mais ne quittez pas la page ! Pour synchroniser Facebook pour avoir les anniversaires et autres événements c’est le même principe. Rendez vous sur cette page : Événements Facebook, et cliquez sur le petit engrenage à droite puis sur « Exporter ». Cliquez droit sur le premier lien (les anniversaires) et copiez l’adresse du lien. Retournez sur la page du Google Agenda (ici) et en bas à gauche, à côté de « Autres agendas » cliquez sur la flèche qui va vers le bas et sur « Ajouter par url » puis collez l’adresse et cliquez sur « Ok », refaites la même chose avec le deuxième lien donné par Facebook pour les événements.

C’est bien ça, mais je l’ai toujours pas sur mon smartphone…

Voilà, c’est ici que ça change si vous avez un iPhone, un smartphone sous Androïd ou encore sous Windows Phone.
Si vous avez un iPhone :
Cliquez sur ce lien : https://www.google.com/calendar/syncselect et sélectionnez tous les calendriers que vous voulez voir apparaitre sur votre téléphone ensuite cliquez sur « Enregistrer ».
Rendez vous dans les Paramètres de votre iPhone, puis cliquez sur « Mail, Contacts et Calendrier » et enfin sur « Ajouter un compte… ». Choisissez « Google Mail » et remplissez le formulaire avec les informations du compte que vous avez utilisez pour synchroniser le calendrier AGE. Après ça, cliquez sur « Suivant » en haut de l’écran et assurez vous que l’option « Calendriers » est activée.
Lancez l’application Agenda et la synchronisation démarrera automatiquement.

Si vous avez un smartphone sous Androïd :
Rendez vous dans les paramètres de votre téléphone, et cliquez sur « Ajouter un compte » dans « Comptes et synchronisation ». Rentrez les informations dans le formulaire. Une fois que c’est fait, cliquez sur votre compte et cochez « Synchroniser Calendrier ». Retournez en arrière avec la flèche retour et cliquez sur synchroniser. Voilà !

Si vous avez un smartphone sous Windows Phone :
Quand vous êtes sur l’écran d’accueil, faites défiler l’écran vers la gauche jusqu’à avoir la liste « Applications », cliquez sur « Paramètres », puis sur « E-mail+Comptes ». Choisissez « Ajouter un compte » puis « Google ». Remplissez le formulaire. Une fois que c’est fait, restez sur la page « E-mail+Comptes », choisissez votre compte Google et sélectionnez « Calendrier » pour synchroniser. C’est terminé !

Voilà, maintenant vous ne pourrez plus rater une soirée ni un anniversaire ! 🙂

Moule, Trésorier.

Geek’s Life Among Humans


Holààà! Vous allez bien? Non non ne répondez pas, je ne peux pas vous entendre de toute façon (et là t’as l’air malin d’avoir répondu à ton ordinateur, hein?).

Petit article « hors série », moins technique pour cette fois, et un peu en réponse aux articles de notre Jaf-Jaf favori. Pourquoi? Parce que tout comme les gens normaux nous voient différemment, nous aussi nous avons nos à priori et nos façons de voir ce que les gens « normaux » font. Et puis, pourquoi serait-on tous si différents?

Un G33k c’est un gros gamer associal

Ils ne sortent pas, ils sont juste derrière leur ordinateur, la vie sociale c’est pas leur fort… Pardon? Venez un peu au cercle info que l’on vous montre comment on fait!

Ce n’est pas parce que nous savons la dernière meta en vogue sur LOL que nous ne sortons plus de nos maisons, pour voir si le soleil est toujours vivant. Il est vrai que nous jouons, certes, mais tout comme la plupart des personnes actuelles passent le plus clair de leur temps sur Candy Crush ou autres jeux abrutissants, la seule différence est que pour ce qui est de jouer, on préfère y mettre les moyens! Personnellement, vu les avancées graphiques actuelles, je préfère lancer un truc un peu beau plutôt que d’utiliser un jeu niveau PS1. Sauf pour ressortir des vieux jeux, mais ça c’est une histoire de nostalgie, c’est différent.

Un geek c’est un magicien

Tout ça parce que l’on sait configurer un client Torrent et faire un tunnel SSH? S’il en faut si peu pour les impressionner, je ferai mieux de prendre mon ordinateur en soirée, je serai un tombeur!

Plus sérieusement, ce n’est pas de la magie, mais de l’apprentissage: nous avons tous commencé comme vous, en appuyant sur le bouton démarrer d’un ordinateur. Ensuite, on a appris, mais pas tout seul, grâce à l’internet. La seule différence peut-être? Nous sommes persévérants: on ne demande pas de l’aide à tout va quand on ne sait pas quoi faire sur notre ordinateur, mais on cherche, jusqu’à temps de trouver. Une fois que l’on a résolu les problèmes, on sait comment faire, et l’informatique devient de moins en moins une matière obscure.

Mais rassurez-vous : nous aussi des fois on voit l’informatique comme une boîte noire. Science sensée être exacte, il y a des fois où elle aussi nous donne des cheveux blancs! Et quand on programme, c’est encore pire.

Nous aussi des fois on vous prend pour des magiciens! Je n’ai jamais compris comment les gens parvenaient à retenir les mots de néerlandais par exemple, ça me dépasse! On a tous nos domaines d’expertise, pas pour autant que la magie opère.

Mais au-delà de ça, il y a une liste de choses pour lesquelles les gens pensent d’office à nous bizarrement, des fois on se demande bien pourquoi.

Top 10 des questions aux informaticiens

10 Tu saurais me conseiller pour un ordinateur?

Encore logique comme demande, nous dérange rarement, sauf lorsque 10 personnes le demande par semaine

9 Mon imprimante ne marche pas, tu sais pourquoi?

Et si je vous disais que la plupart du temps, c’est à cause du faite que la prise est pas branchée? Bah si, c’est vrai, ça m’est déjà arrivé… Mais bon c’est vrai que des fois certaines imprimantes sont un peu tordues. Mais bon, c’est rarement notre domaine d’expertise, généralement on découvre comme vous.

8 Est-ce que je peux convertir ce câble en un USB?

Non mon petit monsieur, un câble c’est comme pour les jeux des trous à la maternelle, si ça n’a pas la bonne forme ça ne rentrera pas.

7 Et si j’installe Word, je ne vais pas perdre tout mes documents?

Euh… non. L’installation d’un programme, quel qu’il soit, ne change pas les fichiers qu’il doit lire sur l’ordinateur.

6 Tu saurais me craquer Windows?

Et quoi, j’ai une gueule de Jack Sparrow? Le piratage, c’est mal.

5 Ma machine à laver est cassée, tu sais pourquoi?

Sisi je vous jure que ça m’est déjà arrivé. Un informaticien n’est pas une machine à tout réparer! Est-ce qu’il est marqué Darty dans mon dos?

Mais au-delà de la machine à laver, dès qu’il y a un soucis sur un appareil électronique quelconque nous sommes souvent considéré comme la rédemption, l’élu qui réparera tout. Désolé de vous décevoir, mais toute les grandes réponses nous sont données par Google.

4 Tu me conseillerais quoi comme smartphone?

Depuis l’avènement des smartphones, nous sommes devenu des conseillers en herbe, pourtant pour nous ce n’est pas un domaine d’expertise non plus, on s’informe via le net, c’est tout.

3 J’ai plus de son

Et oui, voilà ce qui arrive lorsque l’on branche le casque dans l’entrée micro

2 Quel antivirus choisir?

Celui que Google te le dira très cher!

1 J’AI PLUS INTERNET, C’EST GRAVE DOCTEUR?

Voilà la question la plus récurrente, et que dire sûr celle-là? Je dois vous avouer que même un de nos plus grand Fan, inscrit actuellement en 1er Master Info, Premier de sa promotion et au doux et chaleureux surnom de Persanor(parce que avec « or », ça fait méchant), nous l’a déjà posée… pour un câble non branché.

Des problème de connexion internet, il y en a de toute sorte, parfois c’est le câble, parfois c’est le routeur, parfois le wifi, mais parfois c’est plus grave, comme les drivers non-installés, ou que sais-je encore! Le mieux encore est de suivre la merveilleuse grille d’analyse E-kot, transmise de générations en générations depuis Paul le Sage, remise à jour depuis peu par Dang du Nem Frit.

 

J’espère que cet article pourra un peu changer votre vision des Informaticiens, parce que nous non plus on est pas des bêtes! (enfin on se comprend, sur certains points quand même certains sont plus animaux que d’autres)

Bibliovox : Des livres numériques à lire gratuitement à la bibliothèque, à la maison ou ailleurs.


On est tombés dessus l’autre jour grâce à un Namur Magazine qui traînait dans le commu : la ville de Namur a lancé une initiative nommée « Bibliovox », qui vous propose gratuitement plus de 13 000 ouvrages, qui peuvent être lus sur une tablette ou un ordinateur simplement via un navigateur.

Pour bénéficier d’un accès à Bibliovox, il suffit de se rendre dans une des bibliothèques de Namur : Namur-Centre, Jambes ou St-Servais. Si vous êtes déjà inscrits dans l’une de ces bibliothèques, votre accès à Bibliovox peut être activé sur simple demande au comptoir. Sinon, l’inscription (gratuite) au réseau des bibliothèques vous sera proposée.

Bon, forcément, vu que ma liseuse Kobo n’a pas de navigateur web je ne pourrai pas profiter de l’expérience, mais pour ceux qui ont un Kindle, ça peut valoir le coup.
Pour plus d’infos

La news officielle : http://www.ville.namur.be/news.asp?idLayout=55&cid=3827&lcid=124 Le catalogue : http://www.bibliovox.com/
La localisation des différentes bibliothèques : http://www.ville.namur.be/page.asp?id=995&langue=FR

 

Telegram, le Whatsapp killer qui fait le buzz


ImageVous l’aurez sans doute remarqué si vous avez dans vos amis des gens aussi influents que Jessica R. ou Arnaud C., une nouvelle application est en train de rallier de plus en plus d’adeptes. Il s’agit de Telegram, un équivalent à Whatsapp, mais en mieux. Et on peut dire que depuis le rachat de ce dernier par Facebook (pour une somme totalement mirobolante, un site liste d’ailleurs les choses qui coûtent moins cher que Whatsapp, dont notamment de l’eau pour la planète entière, ou une colonie sur Mars), Telegram est littéralement en train de manger l’application à 16 milliards.

Penchons-nous donc quelques minutes sur les raisons de ce succès.

Ouvert et non lucratif

Telegram est basé sur un protocole de données personnalisé nommé MTProto construit par un mathématicien, Nikolai Durov. Les discussions secrètes, une fonctionnalité séparée des discussions ordinaires, utilise la cryptographie d’extrémité à extrémité. La majeure différence avec les discussion ordinaires est que ces discussions ne sont pas stockées dans le cloud de l’application, ce qui signifie qu’ils peuvent seulement être accessible par leur périphérique d’origine.

Le développement de Telegram se fait de manière ouverte, avec une API et un protocole ouverts. Le code source est donc accessible par tout un chacun, qui peut lui-même estimer la confiance qu’il souhaite mettre dans le système. La cryptographie d’extrémité à extrémité se fait notamment sur les clients, ce qui signifie que l’information n’est lisible pour personne d’autre.

Les fondateurs de Telegram insistent sur le fait que l’application restera non lucrative, parce que cela leur permet d’éviter les pressions commerciales et légales. S’ils ont besoin de fonds, ils feront appel aux utilisateurs ou proposeront des fonctionnalités supplémentaires payantes telles qu’un numéro de téléphone virtuel, pour ceux qui souhaitent maintenir au plus haut la protection de leur vie privée.

A l’heure où de plus en plus de personnes redoutent les données que possède la compagnie de Mark Zuckerberg, et où l’on chuchote partout que Messenger et Whatsapp finiront par fusionner (alors que l’application Messenger actuelle est déjà considérée par beaucoup de gens comme une usine à gaz phénoménale), l’intérêt d’une application telle que Telegram se fait de plus en plus évident.

Philosophie

L’équipe de Telegram souhaite que l’application se distingue en offrant vitesse et sécurité, autant que fiabilité par le crowd-sourcing et les efforts de la communauté. Ils ont également tenu à rester à l’écart du gouvernement russe. Ainsi les data centers et serveurs sont partout dans le monde, notamment à Londre, San Francisco, Singapore et Helsinki.

S’il devait arriver que Telegram reçoive des demandes de gouvernements ou d’organisations légales, il ne serait pas capable de fournir les données pour les conversations cryptées, puisque les clés de cryptage sont générées sur les clients et non pas sur le serveur.

La cerise sur le gâteau, le client Windows/Mac

Et pour terminer, la fonctionnalité qui nous a tous fait craquer : le client pour ordinateur, qui permet de suivre les discussions sans devoir resté coller à votre téléphone, ou si vous n’avez pas de 3G sur votre smartphone en permanence.

Voilà, j’espère avoir pu vous éclairer sur les avantages de Telegram sur les autres applications de messagerie, et vous dit à très bientôt!

Pour l’E-kot,

Dang Vinh, Chef de Projet

Source : http://techcrunch.com/2013/10/27/meet-telegram-a-secure-messaging-app-from-the-founders-of-vk-russias-largest-social-network/